Devenir non fumeur

L’addiction à la cigarette ou le tabagisme est l’un des phénomènes qui touchent toutes les sociétés de l’espèce humaine depuis la nuit du temps. La consommation du tabac a toujours existé bien avant son introduction dans le vieux continent. Mais, depuis l’introduction de procédés chimiques dans la production et le traitement du tabac et de la cigarette les problèmes ont commencé avec l’apparition de maladies liées à la consommation. Aussi, ce qui est venu aggraver la donne c’est le changement radical du mode de vie de l’individu. D’un mode paisible respectant le rythme des personnes vers un autre qui exige de plus en plus de performances et de productivité sous l’influence du système capitaliste qui met le profit avant l’humain. De manière générale, selon moi, ces éléments, avec tout ce qu’ils peuvent englober, ont crée le déséquilibre et ont transformé la consommation du tabac d’un geste pour le plaisir ou remplir un rituel en un besoin incessant pour maintenir l’équilibre psychologique : sentiment d’appartenance à un groupe, dissipation d’anxiété et de stress lié à une situation et à la vie quotidienne, combler un sentiment de solitude, se récompenser après un effort fourni, etc…

Ce genre de relation aux tabac rend l’individu incapable de s’en séparer. Au delà de la première cigarette, et au fil du temps, l’individu crée une multitude d’associations entre l’acte de fumer et un nombre innombrables de situations. A force de répéter le geste, l’inconscient fini par programmer ce geste et s’en charge de le rappeler selon un cycle régulier dès que les éléments sont là pour produire ce rappel.

Avec le temps, beaucoup de personnes prennent conscience du danger du tabac sur leur santé et celle de leurs proches et décident d’arrêter. Mais, ils sont confronté à la difficulté du processus, à la souffrance silencieuse qui accompagne leurs essais de devenir non fumeur; et, ils rechutent. Les essais peuvent être multiples et la réussite peut être, dans certains cas rares, au rendez-vous. Par contre, la majorité expérimente la rechute et l’échec de leur entreprise au point d’admettre que consommer du tabac est un mal nécessaire.

Les échecs répétés viennent du fait que, au niveau de l’appareil psychique, la décision est unilatérale, elle émane seulement de la conscience. Par contre, nous savons tous que cet appareil psychiques englobe un autre élément principal : l’inconscient. Chacun joue son rôle dans la dynamique psychique dans l’autonomie totale, mais il y a des situations où l’implication des deux éléments est de rigueur, notamment dans les processus de changement. La conscience peut, dans le cas du tabagisme, évaluer tous les éléments anciens et nouveaux, liés à cela, et juger qu’il est temps d’arrêter. Mais, l’inconscient n’a pas été consulté pour ce changement, alors il continue à jouer son rôle pour l’individu, à savoir sa protection, sans prendre en compte les résolutions de la conscience concernant ce changement à opérer.

Peut-être me direz-vous mais de quelle protection s’agit-il puisque fumer est nuisible?

En fait, pour l’inconscient, tout nouveau comportement, chez l’individu, est né avec une intention positive. le comportement en lui même peut être tolérable et acceptable au départ, mais avec le temps il peut devenir nuisible. Par exemple, une personne qui se trouve dans une situation très stressante allume une cigarette avec l’idée qu’elle va la soulager. Donc l’intention positive recherchée est le soulagement du poids du stress, mais le comportement n’était pas bien choisi; il y a d’autres comportements qui peuvent soulager du stress : en faisant des exercices de respiration, sur le champ, pour cet effet; ou pratiquer du sport régulièrement. Cette différence entre bon est mauvais comportement, la conscience la saisit très bien, ce qui n’est pas le cas de l’inconscience parce que l’inconscient a inscrit l’association entre le soulagement du stress et l’acte de fumer une cigarette. Et, c’est pour cela que les essais d’arrêt du tabac sont difficiles, suivis de rechute et finissent parfois par l’abondant. C’est à ce niveau que l’hypnose intervient comme technique d’aide à l’arrêt du tabac.

L’hypnose, permet, en fait, d’entrer dans un dialogue direct avec l’inconscient pour avoir son accord, sa collaboration, son engagement et sa détermination à créer le changement désiré par l’individu au niveau conscient. Quand c’est fait, l’inconscient procède à sa façon pour déclencher le processus de changement et veiller à son établissement dans la souplesse, la facilité et la rapidité. Beaucoup d’individus arrête la consommation du tabac, du jour au lendemain, après une séance d’hypnose pour arrêt immédiat du tabac et devenir non fumeur. Les statistiques avancent un taux de réussite de 75% et plus, moins de rechutes en comparaison avec les autres procédés. En plus, le changement s’opère sans aucune souffrance ni difficulté, il faut être juste déterminé à en finir avec le tabagisme est prêt à goûter, de nouveau, à une vie saine sans tabac.

One thought on “Devenir non fumeur

  1. Franchement! je trouve pas les mots pour remercier Dr Faraj qui m’a aidé à cesser de fumer.
    Je fumais un paquet parfois un paquet et demie par jour. Grâce au séances de Dr Faraj j’ai pu cesser cette mauvaise habitude.
    En sortant de ma première séance j’avais encore mes derniers 4 cigarettes donc question de me défier je suis alle boire un cafe et j’ai mis devant moi à table mes fameux 4 cigarettes…vraiment un miracle ça me tentais pas de prendre une moi qui pouvais pas rester au cafe sans fumer…Merci infiniment Dr faraj

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *